L’inattendu parcours d’une feuille sèche

Paris, Boulevard Haussmann, novembre 2020

Capture d’un “déplacement dérogatoire” qui m’a exceptionnellement permis d’élargir le périmètre des sorties quotidiennes, cette image sortait d’emblée d’un autre monde. Cause d’une halte imprévue dans un parcours aux pas comptés et par trop utilitaire, elle dispose élégamment les éléments d’une histoire, à consommer sur place ou à emporter. Sur place, j’y ai vu la marque d’un passage entre l’automne et l’hiver: la feuille dorée s’obstine à opposer l’intensité de sa lumière organique à celle factice des décorations de Noël qui ont envahi l’arbre dont elle vient de se détacher.

Plus tard, j’y ai admiré sa volonté de défier la gravitation; le point terminus de sa chute est le reflet de son point de départ. En atterrissant sur le double imagé de l’arbre, c’est comme si elle y était encore, peut-être plus vivante, plus soi-même qu’avant.

En regardant de plus près, l’ensemble (la flaque et ses accessoires) semblent décrire les contours d’un portrait miniature, une broche qui, dans ce haut lieu de l’urbanisme haussmanien, a l’air on ne peut plus XIXe siècle. Décidément, ce n’est pas parce que l’on a la courte vie d’une feuille que l’on ne peut atterrir dans une poche secrète de l’histoire.

1 Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s