Le quai d’Arachné

Quai de l’Hôtel-de-Ville, le 20 avril 2019. Alors que les regards des passants se dirigent vers Notre-Dame blessée, le soleil fait briller, tout près, une toile d’araignée, discrètement tissée à l’arrière d’une boîte de bouquiniste. Elle semble elle-même très frêle – peut-être le poids des métaphores auxquelles elle s’est exposée en choisissant pareille demeure y est-il pour quelque chose? Adossée à une boîte contenant des piles de livres, elle s’érige en emblème de leur union intime. Envers du texte, elle en retrace le tissage. Aux angles droits des pavés sagement inscrits dans un périmètre défini, elle appose et oppose une géométrie circulaire ouverte, dont les imperfections sont autant de promesses de liberté. Sa charpente délicate chante l’élégie de sa monumentale voisine, tout en donnant à entendre les échos du défi d’Arachné.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s