Le quai d’Arachné

Quai de l’Hôtel-de-Ville, le 20 avril 2019. Alors que les regards des passants se dirigent vers Notre-Dame blessée, le soleil fait briller, tout près, une toile d’araignée, discrètement tissée à l’arrière d’une boîte de bouquiniste. Elle semble elle-même très frêle – peut-être le poids des métaphores auxquelles elle s’est exposée en choisissant pareille demeure y est-il pour quelque chose? Adossée à une boîte contenant des piles de livres, elle s’érige en emblème de leur union intime. Envers du texte, elle en retrace le tissage. Aux angles droits des pavés sagement inscrits dans un périmètre défini, elle appose et oppose une géométrie circulaire ouverte, dont les imperfections sont autant de promesses de liberté. Sa charpente délicate chante l’élégie de sa monumentale voisine, tout en donnant à entendre les échos du défi d’Arachné.

4 Comments

  1. Quai de l’Hôtel-de-Ville, le 20 novembre 2019, retour sur les cendres du printemps avant les premières neiges. Au pied de la cathédrale, qui sait, le bac embouquiné qui amarre ce fil est peut-être le même que celui dont j’ai tiré, il y a de nombreuses années, un volume de Prévert où l’on peut lire qu’un pape est décédé. Le Pape est mort, un nouveau Pape est appelé à régner. Araignée ! quel drôle de nom, pourquoi pas libellule ou papillon ? Cette comptine je la connaissais bien. Imaginez ma surprise, moi qui croyais que mon père l’avait inventée. C’est ainsi, je suppose, que l’on prend goût aux exercices de style. Aux petites poésies, aux calembours et aux ambiguïtés. Aux fils et aux filets. Aux idoles sous les autels. À l’apocryphe et à la profanation. Pourquoi pas donc, libellule ou papillon? Je n’ai pas bien compris, je recommence.

    Like

    1. Vous avez raison, la toile d’une araignée sise dans les parages de la cathédrale doit être tissée d’un autre fil que celui des légendes païennes. Comme quoi le calembour, aussi profanatoire soit-il, peut être une forme de respect. Et tant mieux si ces liens tracent aussi une forme de biographie intellectuelle. Ceci dit, à Prévert je préfère cet autre poète qui a régné dans les bacs des bouquinistes, Ponge. Le voici tordant, à travers les rais de l’araignée, le plus célèbre des arrêts de la raison régnante: “…Fredons, billevesées, schèmes en zizanie! Sachez, quoi qu’il en soit de ma panse secrète et bien que je ne sois qu’un échriveau confus, qu’on en peut démêler pour l’heure ce qui suit: à savoir qu’il en sort que je suis votre parque — sort, dis-je, et il s’en suit que bien que je ne sois que panse donc je suis (sachet, coquille en soie que ma pense secrète) votre mauvaise étoile au plafond qui vous guette pour vous faire en ses rais connaître votre nuit.”

      Like

  2. Enfin, ce fil n’est peut-être pas
    Si fragile qu’on pourrait le penser.

    J’ai ouï dire qu’en Nouvelle-Guinée
    On en faisait des filets pour pécher

    Et qu’en laboratoire, proportion gardée,
    Sa force rivalise avec celle de l’acier.

    En vain l’on balaie dans nos greniers
    Les toiles qui tendent à se raccommoder.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s