Lisboa

Où l’on retrouve, transposée en clé lisboète, une vieille obsession: le dialogue entre la lumière et la géométrie urbaine.
enseignesgardienlignes.N&Bnid

 

 

lignes.Alignes.Blignes.couleurcielfondujeronimospatronagealfamaporte.azulejoslimmanquable

2 thoughts on “Lisboa

Add yours

  1. Don Henri ne navigue plus.
    Il se contente d’arpenter les rues.

    Il ose à peine se rendre aux quais,
    Car pour ce faire il doit prendre le tramway
    Et il voit bien qu’il ennuie les autres passagers
    Lorsqu’il leur explique que le trajet serait accéléré
    Si la coque de leur voiture était moins carrée.

    Le soir, Henri mange le caldo verde
    De la veille, réchauffé,
    En rêvant au volta do mar révolu.

    Like

    1. Souvent saisi d’accès de mélancolie rimée,
      Don Henri n’en était que modérément effrayé,
      Car le remède était toujours à sa portée.
      Son médecin lui avait jadis recommandé:

      “Rien de meilleur que l’avenante prose d’une soupe
      Pour avoir le vent en poupe.”

      Des petites peines aux graves soupirs,
      Et jusqu’aux tristesses de fin d’empire,
      Rien ne pouvait lui résister:
      Henri remontait la pente en toute sérénité.

      Mais parfois, quand à longueur de journée
      Il visitait les quincaillers
      Pour trouver de quoi arrimer
      Trois navires pour son départ toujours imminent, à jamais reporté,

      Il lui arrivait de se sentir vaincu
      Et l’espoir de l’infaillible remède ne lui suffisait plus.

      L’âme lourde, il dirigeait ses navigations urbaines
      Vers le Convento do carmo, et reprenait haleine.

      Comme lui, d’un monde qui n’est plus, comme lui, réduit en décombres,
      Mais comme lui, plus jamais sombre.

      Et l’attente du départ lui pesait moins, celle du soir aussi,
      Le soir où les rosaces, puits de lumière, descendent dans le bois des guitares
      Et le creusent jusqu’au son.

      Entre la sérénité de l’azulejo
      Et l’amer desassossego,
      Tel était, en somme, l’itinéraire du prince.
      Voici donc les points cardinaux de ses errances,

      Moins mélancoliques, au final, que celles de cet autre voyageur
      Qui laissa, sur un bout de papier, ces mots ravageurs
      D’un trait de plume preste:
      “Absurdemos a vida, de leste a oeste.”

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: