2 thoughts on “Bucarest – traces

  1. Bucarest en clef de fa

    Le temps impose sa mesure,
    Abandonnant
    À la ville, usée, la trace
    Des figures, le soin
    De mettre en portée
    Sur le parchemin écaillé
    De ses murs, des notes
    Et des silences, un chœur
    D’accident et d’architecture.

    Solfège de consonances :
    D’antiques ligatures,
    Le rythme des carreaux
    Cassés, le bourdonnement
    Crochu du marronnier,
    Ces hampes de fer forgé,
    Le klaxon des voitures ;
    Ici et là, des rondes,
    Dont celle qui se cicatrise
    À l’endroit de la cassure.
    Le refrain urbain retient
    La marque de ses ratures.

    Like

    1. Merci, quelle belle lecture de ces notes photographiques! Je me permets de poursuivre, à l’aide des images, mais aussi des souvenirs. Pour une fois, c’est Bucarest qui bat la mesure, maladroitement, mélancoliquement. Derrière des rideaux à moitié levés, l’écho de valses des 20 ans d’antan. Sous les arcades, des cadences de pas virevoltants et de traversées incertaines. Dans une rue, des ensembles en répétition pour d’hypothétiques concerts et l’infinie recherche d’un accord entre les vieux murs et un arpège de miroirs. Sous l’écrasant soleil du mois d’août, des demi-soupirs entrecoupent les mouvements. Les phrases débutent par une syncope et finissent en point d’orgue. Tant d’altérations sur une partition par ailleurs presque illisible! La voix trébuche, s’efface timidement sous le vrombissement en basse continue de la ville.

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s