Coup de chance en Île-de-France

Un événement qui a légèrement perturbé le trafic d’images de la journée: arc-en-ciel (impossible à photographier dans toute sa splendeur depuis le quai) dimanche soir à la gare de Nemours

double-rainbow
Orange and green serendipity (notice the double rainbow)
tadah
Carte de visite
descente
La source, selon des lois physiques parallèles
sac-en-arc-en-ciel
Sac-à-main-en-arc-en-ciel
gare
Au revoir en accolade

5 thoughts on “Coup de chance en Île-de-France

  1. Blues de l’indigo

    Je n’avais que six couleurs
    Je n’avais que six couleurs
    Il m’en fallait une meilleure

    Pour teindre la blouse de l’ouvrier
    La capote du soldat
    Et la vareuse du facteur

    D’un bleu si profond
    Qu’il cacherait les larmes
    Le sang et la sueur

    Il m’en fallait une meilleure
    Il m’en fallait une meilleure
    Celle de la veine qui revient au coeur

    Like

  2. Je crains que l’énigme double — celle d’un découpage prismatique qui m’agace depuis toujours et celle d’un dos de livre devant lequel je dois m’avouer vaincu — m’ait lancé sur une piste dont le résultat ténébreux détonne avec la sérénité de l’image. Permettez-moi donc la reprise, plus légère:

    Madame Monsieur
    La voix de synthèse
    Demande votre attention
    S’il-vous-plait
    Car un bagage
    Qui parait suspect
    Vient d’être signalé
    Un sac à main
    De vieux bouquins
    Pleins de mystère
    Pour votre sécurité
    La ligne sera fermée
    Veuillez emprunter
    L’une des sept autres
    Que la météo met
    Dès maintenant
    À votre disposition
    Merci de votre
    Compréhension

    Like

  3. Merci de cette double réfraction poétique! Les livres mystérieux et l’arc-en-ciel entretenaient, vous l’avez bien deviné, un rapport secret. Les gravures des aurores boréales du 23 novembre et du 17 décembre 1860, enfermées entre les pages de l’édition abrégée du Voyage de découvertes et d’aventures de Charles Francis Hall, ont obstinément tenté, pendant plus d’un siècle, dans le sol initialement hostile d’un bouquin de proximité (Le secrétaire de tout le monde ou la correspondance usuelle), l’hybridation d’une formule de procuration par une variété de formule magique, qui a finalement porté fruit. “Nous soussignées, Mesdames Aurores boréales du 23 novembre et du 17 décembre 1860, locataires du Voyage de découvertes et d’aventures de Charles Francis Hall, donnons pouvoir à M. l’Arc-en-ciel du 2 avril 2017 de, pour nous et en notre nom, régir, gérer et administrer toutes nos potentialités chromatiques, tant à Nemours qu’en d’autres lieux, réels ou virtuels, et de se transporter partout où besoin sera; l’autorisant à toucher et à recevoir de tous nos débiteurs tous les frais et intérêts, et à toucher le remboursement de toutes rentes et tous capitaux desquels nous avons été privées pendant notre long enfermement dans ce livre aux illustrations en noir et blanc.”

    Like

    1. C’est donc un blues des orteils des explorateurs polaires que j’aurais dû composer! Blague à part, j’y vois maintenant clair. Les Illuminés de Nemours, cette plus secrète de toutes les sociétés secrètes, se retrouvent au centre du complot. Hall, c’est bien connu, était initié dans ses Grand Mystères — vous croyez vraiment que c’est ce pauvre Franklin qu’il cherchait au Pôle Nord, vous? Pfft. Non, Franklin n’était que le prétexte. Mais bon, je n’y connais rien et j’en ai déjà trop dit. Motus, bouche cousue.

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s